668 Views |  2

Octobre rose | A quel « sein » se vouer ?

Un Mois de mobilisation contre le cancer du sein :

Depuis 22 ans, aux quatre coins du monde, octobre est le mois dédié à la prévention et à la lutte contre le cancer du sein. Octobre Rose unit toutes les femmes, munies de leur ruban rose, symbole de lutte, sans distinction  de langue, d’âge, de condition ou de religion.  

Le cancer du sein est le cancer le plus répondu en Algérie.

Des chiffres alarmants !

Véritable problème de santé publique, ce  cancer, qui affecte annuellement plus de  11000 personnes, interpelle, de plus en plus, de par sa recrudescence épidémique alarmante. Selon les dernières statistiques, on note une incidence augmentée de 7% par année, hommes et femmes confondus.  

Contrairement aux autres pays du monde, ce sont les femmes jeunes, âgées de moins de 39 ans, qui  sont les plus touchées en Algérie.

Quels en sont les symptômes ?

Les symptômes sont divers et varient d’une personne à une autre. Le cancer peut aussi évoluer silencieusement, sans aucun signe d’appel. D’où l’importance du dépistage !  

Aussi, toute tension ou douleur mammaire,  toute  grosseur nouvelle, au sein ou à l’aisselle, toute  modification de la forme ou de la taille de vos seins, tout écoulement par le mamelon ou encore tout changement notable de l’aspect de la peau, du sein ou de l’aréole doivent être signalés à votre médecin, car ils peuvent constituer les  signes d’alerte de développement d’une tumeur.

Plus tôt il est détecté, plus les chances de guérison d’un cancer du sein sont importantes.

Y aurait-il des facteurs qui augmentent le risque de cancer du sein ?

Aucune femme n’est protégée contre le cancer du sein. Toutefois, certaines femmes constituent un terrain de prédilection pour cette maladie. La science incrimine plusieurs facteurs dont les plus importants sont:

  • La génétique :

Une femme dont la mère ou la sœur ont été atteintes d’un cancer du sein, voit son risque potentiellement augmenté.  Si c’est votre cas, vous devez, plus que quiconque, être surveillée médicalement une fois par an, sans omettre de signaler vos antécédents familiaux à votre médecin ou votre gynécologue.

  • Les antécédents personnels :

Beaucoup de femmes soignées pour un cancer du sein développeront un cancer sur l’autre sein. Si c’est votre cas, vous devez absolument vous soumettre à un suivi médical rigoureux.

  • Le surpoids, la puberté à un âge précoce et la ménopause tardive sont aussi des facteurs de risque.

Toute personne traitée pour un cancer du sein doit bénéficier d’un suivi médical régulier, annuel, et à vie.

Une grosseur au sein est-elle toujours cancéreuse ?

Heureusement, sur 5 grosseurs examinées, 4 sont bénignes. Aussi efforcez-vous de réaliser, sans trop d’anxiété,  les examens de dépistage que votre médecin préconisera.

Nous ne le répéterons jamais assez, plus la détection de la maladie est précoce, plus les chances de guérison sont élevées. Il est donc très important d’être bien suivie par un médecin généraliste ou un gynécologue et de faire des mammographies tous les ans ou tous les 2 ans selon l’évaluation de votre praticien.

Votre médecin généraliste, votre gynécologue ou votre sage-femme doit procéder à un examen des seins au moins une fois par an.

Peut-on réduire les risques d’avoir un cancer du sein ?

Il est aisé d’adopter des attitudes de vie susceptibles de réduire le risque de développer des cancers du sein :

  • En cas de maternité, préférez l’allaitement au sein. Il a été prouvé que l’allaitement protège contre l’apparition du cancer du sein.
  • Luttez contre l’obésité en veillant à avoir une alimentation équilibrée, riche en légumes frais et fruits et à pratiquer une activité sportive.
  • Evitez de fumer, le tabac étant un facteur de risque.
  • L’utilisation intempestive et abusive des traitements hormonaux de substitution est à proscrire.
  • Procédez à des examens de dépistage à partir de 45 ans, en particulier en cas d’antécédents familiaux de cancer du sein et en cas de pathologies mammaires, dont certaines constituent des états précancéreux.

Les célibataires sont-elles moins exposées au cancer du sein ?

Le cancer du sein touche la femme quel que soit son statut civil. Les études montrent que cette maladie affecte aussi bien les célibataires que les femmes mariées.

A quel âge la femme en Algérie doit-elle se faire dépister ?

Jusqu’à présent, seules les femmes âgées de 39 ans et plus bénéficient d’un dépistage gratuit du cancer du sein. Un système qui exclut des milliers d’Algériennes qui n’ont pas toujours le réflexe de passer une mammographie plus tôt.

En France et dans les pays européens, on recommande le dépistage dix ans avant l’âge moyen. En Algérie, l’âge moyen étant de 35 ans, le dépistage doit s’adresser aux femmes à partir de 30 ans. Il s’agira, dans le cadre du dépistage, d’utiliser la mammographie et l’échographie des deux seins et de répéter cet examen tous les deux ans jusqu’à 75 ans.

Une association Algérienne pour la lutte anti-cancer du sein:

Algérie Télécom, en partenariat avec l’association El Amel-CPMC d’aide aux personnes atteintes de cancer, a mis  en place un numéro vert pour les femmes atteintes de cancer du sein et celles désireuses de s’informer sur cette maladie. À cet effet, un centre d’appels ayant pour numéro le 30 03 est à votre disposition.

Commentaires

Commentaires